[ Pour une meilleure lecture du site à partir d'un smartphone,
veuillez activer sur votre navigateur, le mode " ordinateur ". ]

Death Note (デスノート, Desu Nōto, littéralement Carnet de la Mort) est un shōnen manga écrit par Tsugumi Ōba et dessiné par Takeshi Obata.
Il est prépublié dans le magazine Weekly Shōnen Jump de décembre 2003 à mai 2006, par la suite publié en douze tankōbon depuis mai 2004 jusqu'à octobre 2006 par Shūeisha.
La version française est éditée par Kana de janvier 2007 jusqu'à octobre 2008.

Montage: Le Chiffre.

À la suite du succès du manga, une adaptation en anime de 37 épisodes est réalisée par Tetsurō Araki au sein du studio Madhouse et diffusée du 3 octobre 2006 au 26 juin 2007 sur Nippon Television au Japon.
En France, l'anime est diffusé à partir du 2 février 2008 sur MCM et de décembre 2008 sur Virgin 17.

Death Note est également adapté en trois films live, sortis au Japon entre 2006 et 2008, puis directement en DVD en France par Kazé. Une adaptation en drama est également diffusée en 2015 sur Nippon TV au Japon et en simulcast sur Crunchyroll dans les pays francophones.

Light Yagami est un lycéen surdoué qui juge le monde actuel criminel, pourri et corrompu. Sa vie change du tout au tout le jour où il ramasse par hasard un mystérieux cahier intitulé « Death Note ».
Son mode d'emploi indique que « la personne dont le nom est écrit dans ce cahier meurt ».

D'abord sceptique, Light décide toutefois de tester le carnet et découvre que son pouvoir est bien réel. Il rencontre l'ancien propriétaire du Death Note, un dieu de la mort nommé Ryûk.
Celui-ci déclare avoir volontairement laissé tomber son carnet dans le but de se divertir. Light décide d'utiliser le Death Note pour exterminer les criminels, dans le but de bâtir un monde parfait dont il sera le dieu.

Il apprend peu à peu à se servir des pouvoirs du cahier et de ses règles :

l'utilisateur ne peut tuer une personne que s'il connait son visage, en y inscrivant son prénom et son nom de famille.
Il peut également en préciser la cause et les circonstances détaillées, la cause par défaut étant la crise cardiaque.

Les nombreuses morts inexpliquées de criminels à travers le monde attirent l'attention d'Interpol et du mystérieux L, un détective particulièrement talentueux, mais dont personne ne connaît l'identité. L décide d'enquêter sur le tueur en série, surnommé « Kira » (キラ?, dérivé de la prononciation japonaise de « killer ») par le grand public.

La Religion

La religion Elle est aussi abordée car Light estime être le dieu de son nouveau monde.
De plus, dans la version animée, L nettoie les pieds de Light peu avant qu'il ne meure à cause du stratagème impliquant Misa et la participation de Rem. Light serait donc le « Juda » de L.
Sans parler de la passion de Ryuk pour les pommes, le fruit défendu.
Ainsi que dans l'émission de Sakura TV, le temple de Kira, Demegawa a fait construire un temple dédié à Kira, la seule différence par rapport à la Bible est que Demegawa prend cette initiative tout seul.
Dans l'anime, le premier générique d'ouverture montre une reprise de la sculpture La Pietà de Michel Ange, la Vierge Marie remplacée par le personnage Naomi Misora et Jésus par Raye Penber.
Certaines musiques font aussi références à la religion : l'anime débute par un Kyrie Eleison, prière et chant religieux traditionnel, ou encore le thème de l'anime reprenant les airs de Carmina Burana: O Fortuna, elle-même basée sur un recueil de poèmes religieux.

Imitation /Faits Divers

Fin septembre 2007, la police trouve plusieurs morceaux de corps d'un homme (notamment le bas de l'abdomen) dans la commune de Forest (Bruxelles, Belgique) dans le parc Duden.

Les morceaux étaient accrochés de deux papiers portant tous deux la mention écrite : « WATASHI WA KIRA DESU ».

La police pense d'abord à une blague morbide d'un étudiant en médecine mais n'exclut pas le meurtre car le corps reste non identifié.
En février 2009, la police découvre qu'il s'agissait bien d'un meurtre : la victime se nommait Sidi Larbi Ezzoubairi.
Les meurtriers présumés sont arrêtés en septembre 2010.
Ils expliquent que la victime, dont ils ignoraient le nom, résidait avec eux lorsqu'une dispute a éclaté. Les auteurs lui ont demandé de quitter les lieux, mais celui-ci refusa.
De nombreux coups ont alors été portés, entraînant la mort, à la suite de quoi eu lieu le dépeçage.
La victime était alors âgée de 37 ans.